Introduction


Depuis plusieurs mois les USA connaissent une vague de patients atteints d’une maladie non répertoriée et répondant aux mêmes symptômes. Elle s'appelle EVALI, pour E-cigarette or Vaping Product Use-associated Lung Injury. Elle a déjà fait plus de 2'000 malades, dont 39 sont malheureusement décédés à ce jour. Le point commun de ces malades ? Ils sont tous vapoteurs. Un manque de communication clair, massivement relayé par les médias, a entraîné un vent de panique sur la vape. Et a même poussé certains vapoteurs à retourner au tabac. Aujourd’hui, la vérité éclate enfin !

Le CDC confirme que l’acétate de vitamine E est coupable


De récents tests de laboratoire du CDC sur des échantillons de liquide prélevés dans les poumons de 29 patients atteints d'EVALI et provenant de 10 États différents ont tous révélé la présence d'acétate de vitamine E. Il s'agit d'une huile utilisée comme additif dans la production de produits au cannabis à vaporiser, vendus illégalement.

« C'est la première fois que nous détectons un produit chimique potentiellement préoccupant dans des échantillons biologiques de patients atteints de ces lésions pulmonaires. Ces résultats fournissent des preuves directes de la présence d'acétate de vitamine E au sein même de la lésion dans les poumons. » Tous les détails ici.

L’acétate de vitamine E est connu pour ses vertus antioxydantes et son effet bénéfique sur le taux de cholestérol. Il est inoffensif quand on le consomme sous forme de gélules à avaler ou sous forme d’huile à appliquer sur la peau. Par contre, il est extrêmement nocif en cas d’inhalation une fois chauffé par la cigarette électronique.

Le CDC va continuer à affiner l’enquête et la faire avancer en pratiquant des analyses encore plus poussées. Elle recommande désormais de manière claire de ne pas utiliser de produits contenant du THC, en particulier ceux qui proviennent de sources informelles comme les amis, la famille, les revendeurs en personne ou en ligne.

Et maintenant ?


Depuis plus de 10 ans des millions de personnes ont réussi à se sevrer du tabac en vapotant des e-liquides sans aucun problème. Et pourtant ce qui s’est passé aux USA a provoqué une psychose mondiale. Un amalgame inadmissible (dirigé ?) entre la vape en général et la consommation de produits frelatés illicites. Le résultat ? Des milliers de fumeurs passés à la vape, et terrorisés par les gros titres des médias, ont décidé de reprendre la cigarette. Ceci, alors qu’on sait pertinemment que l’ennemi c’est la combustion. Un véritable scandale sanitaire, dont on reparlera !

Il s’agit maintenant de restaurer la confiance et de continuer à informer le public sur les bienfaits et les risques que comporte la cigarette électronique. La vape est à 95% moins nocive que le tabac, c’est prouvé. Pour ce qu’il reste des 5%, il est vrai qu’il n’y a peut-être pas encore assez de recul. Il réside encore certains doutes sur les effets à long terme. Ceci pour une évidence temporelle d’arrivée de ces produits, et pour la simple raison que les chercheurs ne peuvent déontologiquement pas demander à des non-fumeurs de vapoter. Peut-être que dans cinquante ans les grandes études épidémiologiques pourront y répondre. Mais en l’état actuel des connaissances, les risques majeurs généralement associés au tabagisme (cancer, maladies cardiovasculaires ou respiratoires), sont très réduits, voire complètement écartés avec la vape. Les vapoteurs eux-mêmes constatent les effets positifs sur leur santé dès les premiers jours.

En conséquence, vous êtes fumeur, vapotez, vous réduirez vos risques ! Vous êtes non-fumeur, vos poumons n’ont besoin de rien d’autre que d’air.

Conclusion


Le CDC américain vient de confirmer que la vape en général n’a pas à être tenue pour responsable de la vague de maladies pulmonaires qui sévit aux USA. Les chercheurs viennent de trouver de l’acétate de vitamine E dans 29 échantillons des 29 prélevés sur les malades de 10 états différents. Ce produit est une huile utilisée comme additif dans la production de produits au cannabis à vaporiser, vendus illégalement. Bien qu’inoffensive quand on l'ingère ou par contact cutané, lorsqu’elle est chauffée, cette huile provoque des lésions pulmonaires. La FDA avait remarqué la présence de ce produit il y a déjà deux mois, mais a choisi de fustiger la vape en général. Relayé par les médias du monde entier, un vent de panique s’est installé. Avec la percée que vient de faire le CDC la vaporisation d’e-liquides traditionnels n’est pas remise en cause. Les vapoteurs peuvent retrouver la tranquillité.

Merci pour votre lecture.

L’équipe Sweetch

Produit ajouté à la liste de souhaits
Produit ajouté pour comparer.