Pourquoi les e-liquides aux sels de nicotine font-ils le buzz ?


De nouveau liquides apparaissent sur le marché depuis le début d’année avec la mention « sel de nicotine » sur l’étiquette… Mais que sont-ils vraiment ? Et pourquoi font-ils le buzz dans l’univers de la vape ? Nous tenterons de répondre à ces questions tout en faisant la comparaison avec la nicotine habituellement présente dans les e-liquides classiques. Nous verrons donc dans un premier temps ce qu’est la nicotine traditionnelle, ses avantages et inconvénients, puis nous ferons de même avec les sels de nicotine afin de comprendre ce qu’ils apportent en plus.

Tout d’abord, qu’appelle-t-on « nicotine traditionnelle » ?


Souvent nommée « nicotine pharmaceutique », il s’agit ici de la nicotine présente dans 90% de nos liquides pour cigarette électronique. Celle-ci est traitée lors de l’extraction, puis purifiée (ce que l’on appelle une « nicotine purifiée »). Elle affiche alors un PH de 8. Cette nicotine basique présente de cette manière l’avantage d’être facilement assimilable par le corps.

En revanche, et beaucoup d’entre nous en ont fait l’expérience, le hit procuré en gorge se montre relativement irritant sur des taux supérieurs à 10 mg/ml(Article en relation). Ceci est un réel souci pour les primo-vapoteurs qui se découragent souvent après avoir tenté la e-cigarette car ils se heurtent à des sensations désagréables qui les dérangent ou les inquiètent.

Partant de ce constat, les chercheurs ont alors tenté d’obtenir une nicotine procurant les mêmes effets que celle que l’on trouve dans les cigarettes traditionnelles, c’est-à-dire une nicotine plus efficace. Car il faut savoir que la nicotine purifiée (pharmaceutique) est bien moins efficace que la nicotine des cigarettes classiques. En effet, on entend souvent les vapoteurs parler de la règle qui veut que 10 secondes en fumant équivaut à 10 minutes en vapotant. Bien que cette comparaison manque de précision et reste très relative, il est vrai que l’on ne trouve pas la notion de « shoot » de nicotine dans l’utilisation d’une e-cig.

Vous me direz, c’est bien beau tout cela mais quelles différences avec les sels de nicotine ?


Pour créer les sels de nicotine, le processus d’extraction n’est plus le même et il en résulte une baisse du PH à 5-6, similaire à celui de la nicotine utilisée dans les cigarettes traditionnelles. A ce jour, comme le souligne Jacques Le Houezec, tabacologue réputé, il n’est pas encore prouvé que la rapidité et le taux d’assimilation par le corps soient plus élevés avec les sels de nicotine… Les études approfondies sur le sujet manquent encore pour en parler avec certitude. En revanche, les sels de nicotine étant plus acides, cette solution sera bien moins irritante et plus facile à inhaler. Et c’est là que se trouve le gros avantage pour les vapoteurs.

Le point de vue des scientifiques


Pour reprendre un récent article sur les sels de Nicotine vu par Jacques Le Houezec, paru dans le Vapingpost, voici son explication :

« Tout d’abord, un liquide à vaper à base de sels de nicotine ça n’est guère différent d’un liquide à base de nicotine base. La nicotine liquide est une base faible au sens chimique du terme, avec un pH alcalin. Les sels de nicotine, à l’origine sous une forme cristallisée, seront dilués dans le mélange PG/VG pour donner un liquide plus acide. Mais la nicotine reste de la nicotine ! Elle sera absorbée de façon similaire au niveau des poumons.

Ainsi, la grande différence, est que la vapeur obtenue avec un liquide aux sels de nicotine va produire moins d’irritation dans la gorge (le fameux “hit”). Le fumeur, comme le vapoteur, sait doser la nicotine qu’il absorbe (phénomène de titration). Cela permettra au fumeur, vapoteur débutant, d’être moins irrité et donc d’inhaler plus aisément une vapeur bien dosée en nicotine afin de combler plus facilement son besoin »

Cette innovation permettra sans doute aux gros fumeurs (pour qui la limite des 20 mg/ml est insuffisante), ou à ceux qui ont les voies respiratoires très irritées, de supporter un plus fort dosage et donc de pouvoir plus facilement vivre la période de sevrage et donc parvenir avec succès à arrêter de fumer.

Le docteur Konstantinos Farsalinos, cardiologue réputé dans la recherche sur le vapotage, souligne que “les sels de nicotine présentent un potentiel certain dans la réduction de consommation. Un vapoteur aura besoin d’en absorber moins pour atteindre son niveau de satisfaction, avec un hit en gorge plus doux ».

Effectivement, comme nous l’avons vu précédemment, l’inhalation de nos e-juices à la nicotine basique peut être désagréable, irritante voire parfois douloureuse au-dessus d’un certain taux (10-12 mg/ml). Ce qui incite les adeptes du vapotage, notamment ceux qui pratiquent le « power chasing » lien vers lexique, à avoir recours à des taux de concentration plus bas, mais qui sera souvent insuffisant par rapport à leurs besoins en nicotine. Ceci impliquera alors une surconsommation de liquide et par conséquent une hausse du budget « vape ». Or, avec les jus aux sels de nicotine, les utilisateurs pourront vaper sur de forts taux de nicotine sans peine !

Les jus aux sels de nicotine conviennent-ils à tous les appareils de vapotage ?


Absolument pas ! Il faut insister sur le fait que ces e-liquides sont dédiés à des appareils MTL c qui signifie mouth-to-lung, soit une vape indirecte expliqués dans ce lexique produisant peu de vapeur. Nous recommandons leur utilisation dans des Pods et/ou des clearomiseurs à résistances supérieur à 1 ohm. Une utilisation en sub-ohma conduirait à une surconsommation en nicotine qui pourrait se traduire par des maux de tête, nausées ou encore vomissements, même si ce cas reste bien rare.

Mais alors, à qui sont destinés ces e-liquides ?


Même s’il n’est pas encore certain qu’ils soient plus efficaces au niveau du taux et de la vitesse d’assimilation par l’organisme, ces e-liquides constituent d’ores et déjà une réelle alternative pour les anciens gros fumeurs et les néo-vapoteurs. Ce profil de consommateurs a un besoin en nicotine important, avec un attachement au tirage serré encore bien présent puisqu’il rappelle celui de la cigarette classique.



Pour conclure, nous en revenons aux bases. L’efficacité du vapotage est tributaire d’un taux de concentration en nicotine adapté, et d’un appareil répondant aux besoins du vapoteur. Qui sont la condition sine qua none pour parvenir à arrêter de fumer de manière définitive en diminuant les risques de rechute. Et pour vous aider dans votre choix, rien ne vaut une visite dans l’une de nos boutiques où nos experts se feront un plaisir de vous éclaircir.
sweetch team
Produit ajouté à la liste de souhaits
Produit ajouté pour comparer.