Quand la propagande tente d’étouffer la cigarette électronique

Introduction


Les médias se sont rués sur l’information et en ont fait les gros titres : la cigarette électronique tue ! Tant de monde attendait que cela soit enfin démontré…
Mesdames, Messieurs, nous sommes au regret de vous informer qu’une fois de plus ces gros titres sont le fruit d’une terrible propagande. On nous manipule !

Présentation


Après les personnes ayant subi l’explosion de leur cigarette électronique (ndlr : explosions liées à une mauvaise utilisation du matériel et non directement à l’e-cig, mais là n’est pas le sujet), voilà qu’une mystérieuse et alarmante maladie pulmonaire fait soudainement son apparition… et 4 jours plus tard, voilà que cette maladie tue !

Bien des journalistes ont pris cette information comme du pain béni pour créer le buzz. Les gros titres sont effrayants ! Que sommes-nous en train de faire subir à nos poumons ? Amis vapoteurs, tremblez ! En fait, non, vous pouvez immédiatement vous calmer. Une fois passée la première frayeur liée au titre, on constate en lisant le contenu des articles que les propos sont bien plus édulcorés. Mais encore faut-il prendre le temps d’aller plus loin que le titre.

Le 20 août 2019 naissait un article dans TrustMyScience annonçant l’apparition de cette fameuse maladie pulmonaire liée au vapotage. Dans ce même article, on découvre que les patients ont vapoté « diverses substances, dont des produits à base de marijuana et des compositions maison à faire soi-même » et que « les responsables ont indiqué qu’ils ne connaissaient ni les noms ni les types de produits utilisés ».

Le 24 août, notre 20 Minutes national faisait le buzz avec ses gros titres : Décédé « d'une maladie grave, après avoir vapoté ». Dans ce même article, on découvre que « la cause des maladies n’a pas été découverte, mais tous les malades avaient récemment utilisé des cigarettes électroniques pour inhaler de la nicotine et souvent du cannabis ».



Quand la propagande tente d’étouffer la cigarette électronique

Prenons un petit temps de réflexion… en d’autres termes, environ 200 personnes ont été victimes, en l’espace de 3 mois, de symptômes tels que toux, essoufflement, épuisement et parfois vomissements et diarrhées.

Donc toutes ces personnes ont soudainement développé une maladie inconnue et très alarmante, attribuée au vapotage par les autorités sanitaires américaines, alors même que « le lien avec le vapotage n’a pas été prouvé. Bien que les cas semblent similaires, on ignore s'ils ont une même cause, ou bien s'ils correspondent à des maladies différentes qui se présentent de la même façon », selon Ileana Arias, responsable des maladies infectieuses aux CDC fédéraux.

Quand la propagande tente d’étouffer la cigarette électronique

En résumé on tire des conclusions hâtives quant à une maladie (ou plusieurs ?) dont on ne sait absolument rien ! Ces symptômes sont-ils liés au vapotage, ou ces personnes ont-elles consommé d’autres substances pour lesquelles les médecins n’ont pas fait de lien ou dont ils n’ont pas été informés ? Si ces symptômes sont attribuables à la vape, quelles sont les substances que ces personnes ont mises dans leur vaporisateur ?

A titre de comparaison : on ne va pas vous dire que l’alcool est sain, mais un verre de temps en temps c’est sympa et ça ne fait pas de mal. Buvez ne serait-ce qu’une fois de l’alcool frelaté et constatez les conséquences - pour le peu de temps qu’il vous restera à vivre ! Peut-on alors généraliser l’information et dire qu’un seul verre d’alcool risque de vous tuer ?

Tout ça pour dire qu’il est un peu facile d’envoyer des messages alarmistes alors qu’ils n’ont absolument aucun fondement solide.

On est en droit de se demander pourquoi, en plus de 10 ans d’existence de la cigarette électronique, jamais de telles maladies ne se sont manifestées et pourquoi près de 200 personnes ont développé ces mêmes symptômes en l’espace de 3 mois et uniquement aux Etats-Unis !

Replaçons le contexte…


La cigarette électronique a connu bien des détracteurs depuis son apparition, comme c’est le cas pour n’importe quelle innovation finalement.

Elle dérange… la cigarette électronique pourrait être un moyen de sevrage tabagique efficace ? Elle pourrait être très largement moins nocive que la cigarette traditionnelle ?

Quel manque à gagner pour certains ! Imaginez que les pharmas perdent le monopole des substituts nicotiniques et autres produits (comme le Champix pour ne pas le citer) ou pire, que les gens ne souffrent plus des maladies liées au tabagisme (sachant qu’un fumeur sur 2 meurt de la cigarette). Ce phénomène avait déjà été dénoncé en 2016 par des sites d’actualité, citant entre autres des prises de position de Bloomberg.

Quand la propagande tente d’étouffer la cigarette électronique

La cigarette a toujours représenté une mine d’or.
Toutes les stratégies ont été et sont toujours bonnes pour attirer de plus en plus de consommateurs. De nos jours bien des campagnes de prévention anti-tabac sont encore de la pure manipulation. Vous y voyez un message de prévention ? Les personnes ciblées y voient, inconsciemment, une incitation à commencer à fumer.
Vous pensez bien que tout ce qui pourrait éviter que les gens ne commencent à fumer ou qui pourrait les pousser à arrêter doit être évincé au plus vite ! Il en va des portemonnaies de certains ! Et nous ne parlerons pas ici des associations anti-tabac, des militants & co.

Autre élément, l’arrivée des produits Juul. Ces produits ont fait le buzz aux Etats-Unis à leur sortie et malheureusement bien des jeunes en ont fait un phénomène de mode avant même que les autorités n’aient eu le temps de réagir. Depuis quelques mois, ce produit est en vente en Europe avec une exigence très stricte de la part de la marque, soit le contrôle systématique de l’âge de l’acheteur, qui doit être majeur. La raison pour laquelle nous vous parlons de ceci, c’est qu’il y a une peur énorme que les jeunes commencent à vapoter et que par conséquent le quota de personnes dépendantes à la nicotine augmente.

Mais rappelons les éléments suivants :

  1. Aucun effet passerelle de la vape vers la cigarette traditionnelle n’a été démontré
  2. En France les chiffres montrent que si l’on additionne les vapoteurs et les fumeurs dans les lycées, les chiffres sont en baisse par rapport à ceux des années précédentes n’incluant que les fumeurs
  3. La nicotine a un énorme défaut, elle est addictive. Mais elle n’est pas nocive à elle seule.

Soulignons également que le rapport de l’OMS publié cette année n’a pas non plus joué en faveur de la cigarette électronique. En effet, sur un rapport de 4 pages, le seul élément retenu par la presse a été que « la cigarette électronique est incontestablement nocive ».
Nous ne pouvons que vous inviter à regarder cette petite vidéo de 6 minutes sur Youtube, qui décortique habilement la manipulation dont nous sommes victimes.

Alors que faut-il penser de tout ça ?


Les autorités réagissent rapidement et violemment dans divers pays pour tenter d’endiguer le développement de la vape. Seraient-ils arrivés au bout de leurs arguments ?

Alors même que nous rédigeons cet article, divers éléments tombent en réaction à la polémique actuelle. Qu’en ressort-il ? Le National Review réagit en informant que les conclusions étaient hâtives. En effet, il s’avère que dans la majorité des cas recensés, les individus ont vapé des liquides contenant du THC (principal composant du cannabis, psychotrope, à ne pas confondre avec le CDB). Ces liquides, illégaux, sont achetés dans la rue, sans suivi, traçabilité ni vérification, et peuvent potentiellement contenir des contaminants ou d’autres drogues. Une partie des patients ont admis avoir vapoté des huiles de THC ! Les symptômes constatés peuvent effectivement être attribués au fait de vapoter des huiles… car on le sait, il ne faut JAMAIS vaper de l’huile ! C’est formellement interdit et indiqué par toute marque sérieuse de produits de vapotage.

Quand la propagande tente d’étouffer la cigarette électronique

Plutôt que d’informer la population et de mettre en garde contre les huiles de THC, les e-liquides contenant de l’huile ou les produits achetés dans la rue et dont la constitution peut s’avérer douteuse, les autorités ont préféré se montrer alarmistes et accuser la vape dans son ensemble.

La question que l’on peut se poser est : les dégâts sont-ils réparables ? Avec ces gros titres, les gens ont pris peur et ne retiennent qu’une chose : la cigarette électronique tue !
Avec de telles communications les autorités américaines se sont clairement positionnées de façon irresponsable et potentiellement dangereuse en termes de santé publique. Elles ont fait un tort certain à la lutte anti-tabac.

Conclusion


Environ 200 personnes ont été recensées aux Etats-Unis au cours de ces 3 derniers mois avec des maladies pulmonaires inexpliquées. Les autorités sanitaires les ont attribuées à la vape.
Quelques jours après des communiqués virulents du type « la cigarette électronique tue » ou « une mystérieuse maladie liée à la vape fait son apparition », certaines revues communiquent sur le fait qu’en réalité les patients ont vapé des huiles de THC, alors même qu’il est connu que le fait de vaper des huiles est hautement dangereux et toxique ! En résumé, les produits inhalés étaient issus du marché noir et réputés nocifs.

La vape n’a pas dit son dernier mot, mais espérons que le commun des mortels aura l’intelligence de ne pas s’arrêter à cette tentative de manipulation et que les dégâts engendrés pourront être réparés.

Chers lecteurs, nous ne pouvons que vous recommander d’être prudents dans la sélection de votre matériel et vos produits de vapotage. N’hésitez jamais à vous informer sur les produits que vous achetez, leur provenance, leur traçabilité, les certifications en terme de santé et de sécurité. Prenez le temps de vous faire conseiller par des professionnels. Restez vigilants, car comme dans tous les secteurs, vous pourrez trouver de tout, du bon et du moins bon. Du fiable et du non fiable.

Merci de votre lecture, et ne tombons pas dans la panique d’informations alarmistes.

L’équipe Sweetch

Avez-vous plus de 18 ans ? Sweetch défend les valeurs de la santé et de la sécurité, et s'engage à protéger les mineurs et les jeunes.
Désolé ! Vous devez avoir au moins 18 ans pour visiter notre site web.
Produit ajouté à la liste de souhaits
Produit ajouté pour comparer.