Introduction


Au vu des informations dramatiques en provenance des Etats-Unis et relayées par les médias en automne 2019, on est en droit de se demander s’il est recommandé de favoriser les cartouches scellées aux bouteilles de e-liquide.
Nous vous présentons ci-dessous les deux produits et vous donnons des éléments de réflexion.

Bonne lecture !

Présentation

Depuis plusieurs mois maintenant, on voit fleurir des cigarettes électroniques sur les étals de nos kiosques et grandes surfaces. Ces systèmes sont dits « fermés », c’est-à-dire que les cartouches scellées sont préremplies de e-liquide. Il suffit donc de mettre la cartouche sur la batterie, d’inhaler le liquide et une fois vide, de jeter la cartouche pour en mettre une nouvelle. Un système « ouvert » a contrario permet de remplir plusieurs fois le réservoir de son e-cig et, en fonction du modèle, de jeter ce réservoir après une 10aine de remplissages ou de simplement changer la résistance du réservoir.

Quelques informations sur ces systèmes dits « fermés »
La production de ces produits en masse demande un investissement de base conséquent. Ce sont, de ce fait, principalement les grands cigarettiers qui fabriquent ces produits.
Une fois le système lancé, le coût de production est minime et assure une très jolie marge au producteur. De plus, ces cigarettes électroniques garantissent au fabricant de garder son client. En effet, il sera désormais contraint d’acheter les cartouches compatibles.
Prenons l’exemple d’un fabricant de café bien connu. La marque a créé des machines à café avec ses propres capsules, obligeant le consommateur à acheter les capsules chez elle. On est ici dans la même configuration.
Vous nous direz qu’on trouve aujourd’hui des 10aines de capsules compatibles… nous y reviendrons plus tard !

Cartouche scellée : gage de qualité ?
Un argument mis en avant en faveur de ces systèmes fermés est qu’on ne peut pas mettre n’importe quoi dedans. Argument de taille si l’on considère ce qui s’est passé ces derniers mois aux États-Unis ! Mais ces systèmes fermés auraient-il permis d’éviter que ces personnes ne tombent malade ou ne meurent ?

La réponse est non. Tout comme avec le café, la concurrence n’a pas tardé à développer des cartouches à remplir soi-même et compatibles avec ces dispositifs. En quelques clics sur le net, on peut trouver des cartouches vides et même des machines pour les remplir facilement. Nous avons même eu écho de personnes qui ont trouvé le moyen de remplir des cartouches initialement prévues pour un usage unique.

Il est aujourd’hui connu que les personnes qui sont tombées malade et/ou sont décédées aux Etats-Unis ont consommé des produits à base de cannabis, frelatés et issus du marché noir, lesquels étaient contenus dans des cartouches préremplies. Ces cartouches contenaient des substances hautement nocives quand elles sont inhalées, comme de l’acétate de vitamine E. Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire notre article sur le sujet.

Il est donc possible à tout un chacun de se fournir du matériel et de remplir des cartouches avec des liquides, qu’ils soient contrôlés ou non, et de les revendre au marché noir.

Qu’en est-il des bouteilles de liquide dans ce cas ?
Il en va de même, nous direz-vous ! Et vous avez raison. Un flacon de e-liquide peut être rempli de façon peu consciencieuse, tout comme les cartouches ou un verre à eau finalement.

Mais il est important de souligner que des normes strictes ont été établies par les autorités en Europe comme en Suisse (TPD, Afnor, Ordonnance sur les denrées alimentaires, Loi sur les produits chimiques, etc). Ceci tant dans la production que dans la distribution de e-liquides. Par conséquent les produits vendus dans des shops professionnels ne représentent pas de danger, car ils sont traçables et de qualité contrôlée !

Nous ne le dirons jamais assez : il est impératif de n’acheter vos produits que dans des commerces spécialisés ! Il en va de votre santé.

Que vous optiez pour des cartouches préremplies ou des bouteilles de e-liquide, la seule garantie est de se fier à un réseau connu, identifié, professionnel, qui respecte les normes et législations.

A savoir également sur les systèmes fermés
Bien souvent, le choix de saveurs dans les systèmes fermés propriétaires se résume à 6-7, alors que vous trouverez près de 300 saveurs en bouteilles ne serait-ce que dans notre assortiment !

Parlons de prix… si l’on considère qu’une bouteille de 10ml de e-liquide coûte en moyenne CHF 6.90, on est à CHF 690.00 par litre.
Pour le système fermé le plus courant, 4 recharges de 0.7ml reviennent à CHF 17.95. Soit 6'410.70 le litre !
En fonction de votre consommation, le calcul mérite d’être fait.

Et pour finir, écologiquement parlant, une cartouche que l’on peut remplir plusieurs fois ou encore un atomiseur dont il faudra simplement changer la résistance engendreront moins de déchets, à consommation équivalente, qu’une cartouche à usage unique.

Au vu des éléments exposés, il en va finalement du choix du consommateur. Comme nous l’avons souligné, qu’il s’agisse de systèmes « fermés » ou « ouverts », la seule garantie en termes de qualité est d’être attentif à l’endroit où on les achète.
Donc on évite de se rendre dans une ruelle sombre et d’acheter une bouteille de liquide ou des cartouches préremplies tombées du camion ! Et encore plus s’ils contiennent des produits illicites comme par exemple du THC. ABE !

Conclusion

Comme pour beaucoup de produits de consommation, il y a du bon et du mauvais. Dans la cigarette électronique, certains liquides sont produits selon des normes strictes, d’autres le sont pour le marché noir. Et dans ce domaine, la prudence est de mise.
Qu’il s’agisse de systèmes fermés (préremplis) ou ouverts, le plus important est de toujours acheter vos produits chez des revendeurs officiels. Il en va de votre santé !

Merci pour votre lecture

L'équipe Sweetch

Produit ajouté à la liste de souhaits
Produit ajouté pour comparer.