La cigarette électronique (que l’on nomme également e-cigarette, ecigarette ou e-cig) reproduit les sensations d’une cigarette traditionnelle (fumée et gestuelle) sans toutefois délivrer les 4000 substances nocives de cette dernière.

Bien que la cigarette électronique ne soit pas considérée comme un médicament de sevrage tabagique, 7 millions d’Européens ont déjà témoigné de son efficacité en la matière.

Quel que soit le modèle, une cigarette électronique est constituée d’une batterie, d’un réservoir (clearomiseur) avec un embout que l’on met en bouche (drip tip) et d’une résistance activée par un bouton (switch). Lorsque le switch est activé, la résistance chauffe un produit (e-liquide) à base de propylène glycol, de glycérine végétale et d’arôme déclenchant une vapeur que l’utilisateur inhale.

Ces produits sont d’ores et déjà utilisés sans danger pour l’être humain dans la vie courante (industrie alimentaire, cosmétiques, fumées en discothèques, aérosols contre l’asthme).

Ces e-liquides peuvent ou non contenir de la nicotine et ont la propriété de se transformer en vapeur à une température avoisinant les 50-60°C. Il n'y a donc aucune combustion ou production de goudron ni de monoxyde de carbone. Ils ne dégagent donc aucune des substances nocives et cancérigènes connues dans la cigarette traditionnelle telles que le goudron ou l'arsenic par exemple.

Le fumeur désormais appelé « vapoteur » garde le plaisir de fumer sans les inconvénients et sans importuner son entourage. Plus de mauvaise odeur tenace, goût et odorat retrouvés, meilleure forme physique.

Schéma cigarette électronique

Produit ajouté à la liste de souhaits
Produit ajouté pour comparer.